Affmic
Association Française des Foyers Mixtes Interconfessionnels Chrétiens

Quel Baptême pour les foyers catholiques protestants ?

BAPTÊME DANS UN FOYER CATHOLIQUE-PROTESTANT

Le baptême des enfants pose des questions propres aux foyers interconfessionnels. Dans quelle Eglise l’enfant recevra-t-il le baptême ? Dans celle de maman ou dans celle de papa ? Si le baptême a lieu dans une église catholique, souhaite-t-on la présence d’un pasteur et, inversement, s’il a lieu dans un temple protestant, souhaite-t-on la présence d’un prêtre ? Que dire d’une double préparation du baptême – en partie chez les protestants, en partie chez les catholique – ou d’une préparation commune ? Et les parents tiennent-ils à ce que l’enfant, quel que soit le lieu du baptême, soit inscrit dans les registres des deux Eglises ?

Afin de répondre à ces questions, ceux qui se trouvent dans cette situation en parleront avec un prêtre ou à un pasteur avec une certaine expérience en la matière. Une autre possibilité serait d’en parler à d’autres couples mixtes qui sont ou qui ont été dans la même situation.  L’AFFMIC, l’Association française des Foyers mixtes interconfessionnels chrétiens, propose à chacun (jeunes couples souhaitant faire baptiser leur enfant, prêtres et pasteurs souhaitant plus d’informations) quelques pistes de réflexion.

1. La reconnaissance mutuelle du baptême

Celle-ci est établie notamment entre l’Eglise catholique, l’Eglise anglicane et les Eglises luthéro-réformées. Il s’agit donc dans tous les cas du même baptême : du baptême chrétien au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit. Aussi faut-il éviter de parler de baptême œcuménique, voire de baptême catholique ou de baptême protestant. Il n’y a qu’« un seul baptême », comme il est dit dans la lettre aux Ephésiens (Eph 4,5). Il est le sacrement par lequel l’enfant entre dans l’Eglise universelle, dans l’Eglise du Christ. Par contre, en pensant à la façade de nos cathédrales, on peut dire que cette entrée dans l’Eglise universelle se fait par différentes portes : la porte catholique, anglicane, luthérienne, réformée ou autre. Ensuite tous se retrouvent dans la nef en marche vers le but pas encore atteint : le partage commun du pain et du vin.

Cette mutuelle reconnaissance du baptême concerne aussi d’autres Eglises que celles déjà citées. La situation n’est pas tout à fait la même dans les Eglises orthodoxes et dans un grand nombre d’Eglises de caractère évangélique. Chez les orthodoxes, l’attitude est variable et il faut en parler avec l’Eglise locale. Certaines Eglises protestantes évangéliques pratiquent exclusivement le baptême d’adultes, et récusent la validité d’un baptême qui ne serait pas précédé d’une confession de foi personnelle du baptisé. Mais nous ne nous étendrons pas ici sur ce sujet qui fait obstacle à la compréhension du baptême comme fondement de la communion entre tous les chrétiens.

2. La célébration oecuménique du baptême

Si l’on ne peut parler d’un baptême œcuménique, l’expression « célébration œcuménique du baptême » est parfaitement adéquate. Le caractère œcuménique de la célébration est signifié par la présence d’un prêtre et d’un pasteur qui se partagent la liturgie baptismale. Il n’y a pas de règle fixe, mais le plus souvent c’est le ministre, prêtre ou pasteur, de la paroisse d’accueil qui baptise, alors que l’autre ministre explique la signification du baptême. Toutefois, cette répartition n’empêche pas que d’autres personnes, amis ou membres des deux familles, puissent lire un texte biblique, prononcer une prière ou effectuer un geste faisant partie de la liturgie.

Vous trouverez également un livret sur le baptême préparé par une paroisse protestante dans une perspective oecuménique.

Témoignages de baptêmes :
Témoignage de Bénédicte et Thierry Avenier
Témoignage de Raphaëlle et Luc Stegman
Témoignage du pasteur Jean-Marc Viollet